Chères et chers membres du STEP,

Dans la foulée de la vague de dénonciations dans les médias de situations de harcèlement sexuel, le STEP tient à vous rappeler le soutien qu’il peut vous apporter si vous vivez ou avez vécu une telle situation, afin de faire cesser les gestes ou propos harcelants et pour que l’employeur vous fournisse un milieu de travail sain, exempt de harcèlement, comme le prévoit votre convention collective.

Voici un rappel de la procédure en cas de harcèlement sexuel dans le cadre de votre travail, procédure qui s’applique quel que soit votre titre d’emploi (auxiliaire, accompagnateur-trice ou stagiaire postdoctoral-e). Soulignons que la même procédure s’applique aux situations de harcèlement psychologique.

La première étape est évidemment de nous en parler : à la conseillère du STEP, à un-e membre de l’exécutif du STEP ou à un-e délégué-e social-e (pour la liste de ces personnes ressources, voir le site web du STEP à http://www.infostep.org/equipe/). La personne ressource du STEP évaluera avec vous les possibilités d’intervention et de recours le cas échéant, selon vos besoins et votre situation particulière.

Si la situation de harcèlement sexuel est toujours en cours, une intervention rapide auprès de l’employeur sera proposée, afin de faire cesser la situation de harcèlement. Si les derniers événements de harcèlement sexuel remontent à moins de 60 jours ouvrables, le STEP vous proposera la possibilité de déposer un grief à l’employeur. Un grief est le recours possible en vertu de votre convention collective visant à dénoncer formellement, devant un arbitre, la situation de harcèlement sexuel subie, et peut viser d’autres remèdes telle la réclamation d’une compensation monétaire pour le préjudice subi. Il est important de retenir ce délai de 60 jours ouvrables pour agir après la dernière manifestation de harcèlement sexuel, après quoi les possibilités d’action du STEP seront très limitées. Que le recours au grief soit possible ou non dans votre dossier, et le cas échéant, que vous souhaitiez y recourir ou non, le STEP vous offrira son soutien tout au long du processus.

Par ailleurs, nous tenons à souligner qu’il existe un autre processus possible au sein de l’Université si vous vivez ou avez vécu une situation de harcèlement sexuel, mais qui s’offre cette fois à une clientèle élargie (alors que les possibilités d’intervention et de recours par le STEP se limitent aux travailleurs qui sont membre du STEP). En effet, le Centre d’intervention et de prévention des violences à caractère sexuel (CIPVACS) peut recevoir des signalements et des plaintes et offre notamment une possibilité d’intervention immédiate : https://cipvacs.ulaval.ca/cipvacs/. Le Centre de prévention et d’intervention en matière de harcèlement (CPIMH), dont le mandat inclut aussi les dossiers de harcèlement sexuel, peut également recevoir un signalement ou une plainte en matière de harcèlement sexuel. Nous invitons nos membres vivant une situation de harcèlement sexuel à communiquer avec la conseillère en relations de travail du STEP pour être informés des enjeux des différentes voies possibles.

Le STEP tient à rappeler son engagement à œuvrer à ce que ses membres puissent travailler dans des milieux exempts de toute forme de harcèlement sexuel. Nous invitons nos membres à nous faire part de toute situation qui menace votre droit à un milieu de travail sain.​

Équipe du STEP